MENUMENU

IASSW — Une brève histoire (IASSW — A Brief History)

This content is also available in: enEnglish (Anglais) esEspañol (Espagnol) ja日本語 (Japonais) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)

L’Association internationale des écoles de travail social : Une brève histoire

Création et Premières années

L’Association internationale des écoles de travail social (IASSW) est l’organisation mondiale des écoles de travail social et des éducateurs. Elle représente les intérêts de l’éducation au travail social et les valeurs de la profession à l’échelle mondiale depuis près de 90 ans. L’IASSW a été créé lors de la première Conférence internationale du travail social, tenue à Paris en 1928. Ce rassemblement historique, auquel ont participé plus de 2400 délégués de 42 pays, a également permis la création de deux organisations partenaires, le Conseil international de la protection sociale (ICSW) et la Fédération internationale des travailleurs sociaux (IFSW). En 1929, le premier président, Alice Salomon, mena une réunion d’organisation à Berlin au cours de laquelle sept pays européens et l’Organisation internationale du travail (OIT) étaient représentés. Les participants convinrent que l’objectif de l’organisation était d’encourager l’échange d’idées et d’informations, la documentation sur l’éducation au travail social et l’organisation de conférences et séminaires internationaux. Ceux-ci demeurent des objectifs clés avec d’autres.

Le groupe dirigeant s’est vite élargi pour inclure les membres d’Amérique du Nord ; 46 écoles de 10 pays ont accepté d’être des membres fondateurs. En 1939, il y avait 75 membres dans 18 pays. Les réalisations au cours des années 1930 ont été la participation à deux congrès internationaux (1932 à Francfort et 1936 à Londres) et une importante collaboration avec l’OIT pour créer un centre de documentation sur l’éducation au travail social.

Les années de guerre et le relèvement de l’après-guerre

Les progrès ont été sévèrement interrompus par la Seconde Guerre mondiale. Les écoles membres en Allemagne se sont retirées après que la direction de l’IASSW ait rejeté à plusieurs reprises les appels à la démission d’Alice Salomon, car elle était partiellement juive (et, sans doute, à cause de son plaidoyer en faveur du pacifisme et de l’égalité des sexes). Le déclenchement de la guerre a engendré l’annulation de la conférence de 1940 et a perturbé la plupart des communications internationales. Salomon, toujours président, a été expulsé d’Allemagne et a dû s’exiler aux États-Unis. De nombreuses écoles en Europe furent détruites, tandis que la période de reconstruction a occupé de nombreux travailleurs sociaux à la fin des années 1940.

En 1946, le secrétaire de l’association contacta les anciens dirigeants pour relancer l’organisation. Une réalisation majeure fut l’octroi du statut consultatif en tant qu’ONG à l’ECOSOC en 1947 au sein des Nations Unies nouvellement créées. À ce jour, l’IASSW conserve son statut consultatif et se distingue par le fait d’être parmi les premières ONG à être certifiées. Après un rassemblement modeste en 1948 aux États-Unis, la première véritable conférence de l’après-guerre eut lieu à Paris en 1950 sous le second président, le Belge René Sand.

Une organisation sans cesse plus internationale

Dans les années 1950, 60 et 70, les racines de l’IASSW ont dépassé les continents européens et nord-américains. En 1956, le Conseil d’administration comprenait des membres d’Australie, du Guatemala, de l’Inde et du Japon. En 1966, on comptait des écoles membres dans 46 pays, tandis que les conférences mondiales se tinrent en Asie et en Amérique latine. La première conférence africaine eut lieu à Nairobi en 1974. La croissance dans les pays nouvellement indépendants alla de pair avec la reconnaissance du rôle du travail social dans le développement et l’initiation de nouveaux programmes de formation au travail social en Afrique, en Asie et dans les Caraïbes. Le point culminant de tout cela dans les années 1970 fut le projet éducatif à grande échelle lié à la planification familiale qui a impliqué plus de 20 pays.

Le développement s’est ensuite poursuivi aux quatre coins du globe. Après la fin de la guerre froide, de nouvelles écoles membres ont émergé en Europe de l’Est et en Russie, dans de nombreux cas, assistées par l’IASSW à travers des séminaires de formation. Cela a été suivi par le rétablissement de l’éducation au travail social en Chine. Les écoles chinoises constituent maintenant l’un des plus importants groupes membres. Ces développements successifs soulignent la pertinence de l’éducation au travail social dans la résolution des problèmes sociaux auxquels sont confrontés tous les pays et la valeur durable de la collaboration internationale.

Politiques et programmes

L’IASSW en collaboration avec l’IFSW a adopté une Définition globale révisée du travail social, une Déclaration de principes éthiques pour le travail social et des normes mondiales pour l’éducation et la formation de la profession au travail social. En 2012, avec l’IFSW et l’ICSW, l’IASSW s’est engagé dans l’Agenda global pour le travail social et le développement social, un énoncé des priorités politiques et un agenda d’action à l’échelle mondiale et locale. Ce document guide le travail des représentants de l’association auprès des Nations Unies à New York et à Genève.

L’IASSW a rempli sa mission éducative à travers un certain nombre de programmes. Une conférence biennale pour partager de nouvelles recherches et pratiques est organisée régulièrement depuis 1950. Le journal coparrainé, International Social Work (publié par Sage et maintenant dans sa 60e année) diffuse la recherche au niveau mondial. Des publications occasionnelles élargissent les connaissances sur l’éducation au travail social. Des séminaires ont eu lieu dans de nombreux endroits pour aider les pays à développer ou à renforcer l’éducation au travail social. L’IASSW est particulièrement actif dans l’initiation des écoles en Chine. Un programme de petites subventions favorise l’innovation et la collaboration dans l’éducation et la recherche sur le travail social à travers le monde. Les candidats doivent inclure des écoles de plusieurs pays travaillant sur un problème commun.

Plaidoyer

L’IASSW s’engage à promouvoir les droits de l’homme, l’équité, la diversité et l’inclusion. Le principal vecteur de ce plaidoyer est l’équipe de représentants au siège de l’ONU qui a toujours participé aux réunions des Nations Unies et des ONG depuis 1947. L’IASSW est également représenté à l’ONU à Genève. Le Comité des droits de l’homme de l’Association associe le plaidoyer aux droits de l’homme et leur enseignement. La représentation de l’éducation au travail social dans les organismes internationaux, ainsi que la promotion d’une éducation de qualité et la collaboration internationale, sont les objectifs permanents de l’IASSW.

REMARQUE :

Pour plus d’informations, visitez le site Web à www.iassw-aiets.org

Les archives de l’IASSW sont hébergées au Social Welfare History Archive (Archives de l’histoire du bien-être social) à l’Université du Minnesota, Minneapolis aux États-Unis

Projet préparé par Lynne Healy

 

IASSW History

IASSW: A list of IASSW Presidents

Younghusband lecturers

News & Updates

Social Dialogue

Current Issue
Social Dialogue 19
Vol. 19 - May 2018
Past Issues
Available here

Social Dialogue Magazine

Social Dialogue Magazine Advertising Options

Social Links